Evenements

14/12/2020 | Belles Feuilles

L’entreprise peut-elle réussir là où l’État et la société ont failli ?

Bernard GAINNIER

Dirigeant d’entreprise français

Dans “Chefs d’entreprise, ce que le monde attend de nous”, Bernard Gainnier, nous livre sa vision d’une reconstruction sociale et économique.

Bernard Gainnier, né en 1961, est titulaire d’une maîtrise de droit de l’Université d’Aix en Provence, d’un DESS de droit des affaires, d’un DESS d’audit interne, d’un diplôme d’expertise comptable et commissaire aux comptes français, etc. Il débute sa carrière en 1985 au sein de PwC où il occupe différentes fonctions et se spécialise dans le secteur des technologies et logiciels. En 2023, il est élu président de PwC France et Maghreb. En 2021, il fonde Biomanity, une entreprise de biotechnologie.

Une crise de la démocratie ?

Pour Bernard Gainnier, la pandémie du Covid-19 a révélé les faiblesses que présente notre système économique. Il décrit cette période comme symptomatique d’une “crise civilisationnelle et démocratique”. La hausse des inégalités, l’appauvrissement des classes moyennes et la polarisation ont participé à l’affaissement de la confiance dans nos sociétés occidentales.

Une nouvelle stratégie

Au cours de cette réunion Belles Feuilles, il nous apporte quelques réflexions sur les différents acteurs qui, selon lui, peuvent impacter positivement le “monde de demain”. Le dirigeant d’entreprise déclare que l’État, souvent placé en première ligne comme agent régulateur capable de modeler l’avenir a récemment fait face à plusieurs “échecs”. Bernard Gainnier propose comme solution de se tourner vers les entreprises afin qu’elles “prennent le relais”. Il invite les dirigeants d’entreprises à sortir de leur zone de confort et devenir eux-mêmes les vecteurs du changement.

L’entreprise : clé de voûte d’un nouveau mode de fonctionnement

Selon lui, les entreprises peuvent aider la société à retrouver du sens dans la vie collective. Pour cela, l’entreprise moderne doit donc dépasser la pensée de Friedman en incorporant un équilibre entre compétitivité et coopération. Tout fournisseur doit être vu “comme un partenaire”. Les externalités, soient-elles positives ou négatives, doivent véritablement être prises en compte par les dirigeants. En plus de profits, l’entreprise moderne doit avoir un impact positif pour le collectif, telle est l’idée défendue par Bernard Gainnier.

Pour aller plus loin …

GAINNIER Bernard

Chefs d’entreprise, ce que le monde attend de nous,

(Alisio, 2020)

En savoir plus sur l’auteur : Bernard Gainnier

Actualités

Nous avons tous le devoir de nous engager pour le bien commun

Nous avons tous le devoir de nous engager pour le bien commun

"Nous avons tous le devoir de nous engager pour le bien commun"(interview de Jean-Luc Allavena dans Le Figaro, 40ème anniversaire d’Aspen)Dans le cadre du 40ème anniversaire, qui a réuni plus de 600 personnes à l’Institut de France, le Président d’Aspen France,...

Petit-déjeuner Europe-Afrique autour de Jean-Marie-BOCKEL

Petit-déjeuner Europe-Afrique autour de Jean-Marie-BOCKEL

Petit-déjeuner autour de Jean-Marie Bockel Ancien Maire de Mulhouse À l’occasion d’un petit-déjeuner Europe-Afrique, Jean-Marie Bockel, Envoyé personnel du Président de la République, a partagé avec les membres et les invités de l’Institut ses orientations vis-à-vis...

Retour sur la 5ème édition du Forum Italie-France (à Rome)

Retour sur la 5ème édition du Forum Italie-France (à Rome)

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even...