Evenements

L’afrique pilier du nouvel ordre mondial

Jean-Yves OLLIVIER

Homme d’affaires français

Dans un contexte géopolitique tendu en l’Afrique de l’Ouest et à un mois du 30ème anniversaire de la Conférence Europe-Afrique, Aspen France a reçu Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation Brazzaville.

Jean-Yves Ollivier est né le 8 octobre 1944 à Alger. Après une carrière réussie dans le domaine des matières premières, en Afrique et en Asie, il se tourne vers la diplomatie. En 1995, il est le premier étranger à recevoir l’Ordre de Bonne Espérance des mains de Nelson Mandela lui-même pour son rôle dans l’échange de prisonniers en 1987 et le protocole de Brazzaville. En 2015, il crée la Fondation Brazzaville afin d’œuvrer pour le développement en Afrique à travers le soutien à des initiatives dans plusieurs domaines clés tels que la santé, l’environnement et la promotion de la paix.

Vers un nouvel ordre mondial : l’arrivée de nouveaux acteurs en Afrique

Pour Jean-Yves Ollivier, le continent africain a une importance stratégique croissante sur la scène internationale. Doté de ressources naturelles exceptionnelles et d’un vaste marché (près d’1,4 milliards d’habitants), il dispose d’un potentiel commercial unique. Or, aujourd’hui, la position de l’Afrique dans le concert des nations reste marginale. Comme Jean-Yves Ollivier l’a souligné, ce paradoxe encourage la contestation (pan)africaine et pousse les décideurs à se tourner vers des alternatives telles que la Chine et la Russie (et dans une moindre mesure, la Turquie). Ces derniers, de plus en plus implantés sur le continent, utilisent à leur profit la rhétorique anti-coloniale (qui fait écho à de nombreux mouvements panafricains), et revendiquent un ordre mondial moins déséquilibré. A cet égard, les réseaux sociaux (et la désinformation qu’ils rendent possible à grande échelle), ont été des outils précieux pour Pékin et Moscou.

Le rôle de la Fondation Brazzaville (et de la diplomatie privée)

Dans ce contexte d’incompréhension entre l’Afrique et l’Occident, la diplomatie privée est essentielle. La récente médiation en Ukraine menée par la Fondation Brazzaville avec six chefs d’Etat africains (Egypte, Sénégal, Zambie, Afrique du Sud, Ouganda et République du Congo) a permis, en effet, d’oeuvrer au déblocage du conflit commercial concernant les céréales ukrainiennes et l’engrais russe, dont beaucoup de pays africains dépendent. Une initiative qui illustre la volonté des pays africains de faire entendre leurs voix et de peser dans la diplomatie pour des enjeux qui les concernent directement.

Actualités

Nous avons tous le devoir de nous engager pour le bien commun

Nous avons tous le devoir de nous engager pour le bien commun

"Nous avons tous le devoir de nous engager pour le bien commun"(interview de Jean-Luc Allavena dans Le Figaro, 40ème anniversaire d’Aspen)Dans le cadre du 40ème anniversaire, qui a réuni plus de 600 personnes à l’Institut de France, le Président d’Aspen France,...

Petit-déjeuner Europe-Afrique autour de Jean-Marie-BOCKEL

Petit-déjeuner Europe-Afrique autour de Jean-Marie-BOCKEL

Petit-déjeuner autour de Jean-Marie Bockel Ancien Maire de Mulhouse À l’occasion d’un petit-déjeuner Europe-Afrique, Jean-Marie Bockel, Envoyé personnel du Président de la République, a partagé avec les membres et les invités de l’Institut ses orientations vis-à-vis...

Retour sur la 5ème édition du Forum Italie-France (à Rome)

Retour sur la 5ème édition du Forum Italie-France (à Rome)

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even...